La créativité :
un immense potentiel pour les gros dormeurs !

 

Le talent est au créatif ce que la recette du marbré est à la mamie : un secret bien gardé dont la clé ne casse pas trois pattes et un canard. Vous avez certainement déjà entendu parlé de brainstorming, de mind mapping, des 6 chapeaux, de dodécaèdre ou encore de Scamper… des techniques de créativité bien connues et enseignées dans les écoles et entreprises. Il existe aussi une recette simplissime, efficace et peu consommatrice d’énergie.

 

On teste ?

Avant de commencer, assurez-vous de disposer pleinement du matériel nécessaire : des yeux pour observer, une mémoire pour enregistrer, un cerveau pour mouliner.

Tout d’abord, de préférence en journée, nourrissez-vous, gavez-vous sans modération de tous les ingrédients offerts généreusement par les médias : publicités, magazines, clips, réseaux, télé…Imbibez-vous de tous ces mots et images que vous aurez ingurgités pendant des jours, des mois, des années même.

Puis, laissez reposer. Oxygénez-vous, faites du sport, mangez vos cinq fruits et légumes. Et dormez. Attention : cette étape qui pourrait paraître anodine, voire même paradoxale, est vraiment cruciale. Il s’agit de la phase clé du processus créatif, le moment où vous mettez le plat au four. C’est là que votre cerveau prend les commandes. Bien sûr, si la marmite est sur le feu et que votre patron - ou votre client - trépigne d’impatience de voir le fruit de votre imagination, vous aurez briefé au préalable votre cerveau sur la problématique créative suffisamment en amont pour ne pas le stresser. Et pendant que vous rêverez de la belle au bois dormant, il ira chercher dans son garde-manger tous les ingrédients pour vous servir des idées neuves sur le plateau du petit déjeuner. N’oubliez pas le petit carnet de notes au réveil !

 

Approuvé !

Des scientifiques ont en effet prouvé que le cerveau continue à travailler pendant le sommeil : Selon le Dr Jan Born (du département de psychologie médicale à l’Université de Tübingen), il faudrait environ huit heures de sommeil pour lui permettre de répondre aux questions posées la veille : le cerveau ressasse les pensées, les idées, les souvenirs, les émotions, il les restructure avant de les stocker, et permet ainsi de résoudre plus facilement les problèmes. Et c’est le sommeil paradoxal, phase de relâchement complet du lobe préfrontal et d’activité cérébrale intense durant laquelle se produisent les rêves, qui permet d’associer de façon originale des idées existantes, et d’envisager les problèmes sous un angle nouveau. Bref, il rend créatif.

 

Et le “sommeil prolongé du matin” (la bonne "grasse mat") étant riche en sommeil paradoxal, vous ne serez plus surpris de voir arriver un créatif  à 11 h au bureau ! ☺

 

Bonne nuit les artistes !

 

© 2017 Studio Pessinger | A propos | Plan de site | Mentions légales