analyse d'un cerveau de graphiste

Pourquoi un graphiste doit-il manger des noix ?

 

Résidante du Périgord, j'ai la chance à l'automne de ramasser dans mon jardin des dizaines de kilos de noix. En décortiquant ce fruit, je trouvé sa forme très approchante de celle d'un cerveau. Etrange, non ? Ce n'est pas pourtant une idée nouvelle ! Car déjà au XVIè siècle, la" théorie des signatures" avançait qu'un fruit ou une plante soignait l'organe auquel il ressemblait. Fondée sur le principe de similitude (les semblables soignent les semblables) par le médecin et théologien suisse Paracelse, elle a été mise en pratique jusqu’à la fin du XVIIe siècle. Délaissée aujourd'hui car jugée simpliste et désuète, elle a pourtant inspiré bon nombres de remèdes...

 

Tous les remèdes sont dans la nature

 

Voici quelques exemples de produits de la nature qui soignent les organes auxquels ils ressemblent.

 

La tomate

Une tomate coupée en deux laisse apparaître deux cavités qui ressemblent à celles du cœur. Par son taux élevé d'antioxydant, le lycopène, elle prévient des risques de maladies cardio-vasculaires.

 

Le gingembre

De forme similaire à l'estomac, le gingembre a été dédié aux troubles gastriques. Depuis, de nombreuses études ont prouvé son efficacité contre une bactérie responsable des ulcères à l’estomac. Ses propriétés anti nausée ont également été prouvées.

 

Le céleri

Ses longues tiges font penser à des os. Le céleri contient de la silice, un oligo-élément indispensable à notre capital osseux, qui participe à la fixation du calcium et du magnésium dans l’organisme.

 

Il existe encore bien d'autres exemples de similitudes frappantes (la carotte et l'iris, le raisin et les poumons...), mais venons en au fait avec notre sujet principal : la noix.

 

Du cerneau au cerveau

 

Avec ses deux hémisphères à circonvolutions, la noix a l'apparence étonnante d'un cerveau humain. Et plusieurs études montrent que la consommation de ce fruit est bénéfique pour notre cerveau : Elle contient une forte proportion d’acides gras de type oméga-3, augmente le taux de sérotonine, neurotransmetteur impliqué dans la régulation de l’humeur, de la dépression, de l’appétit et du sommeil, et aurait une action positive sur la communication entre les neurones. On pense même que les noix peuvent retarder l’apparition de la maladie d'Alzheimer.

 

Ainsi, manger des noix protège notre cerveau et s'avère être un bon stimulant pour la santé intellectuelle. Bon à savoir, surtout si vous exercez un métier qui implique fortement l'intellect ! Mais allons plus loin... Le cerveau se compose de deux hémisphères - droit et gauche - qui ont chacun des fonctions bien précises. En fonction de nos besoins, nous sollicitons davantage l'un ou l'autre des hémisphères, et selon une cyoyance populaire, développons ainsi une prédominance "cerveau droit" ou "cerveau gauche". Prenons l'exemple du graphiste.

 

Un graphiste est-il plutôt "cerveau droit" ou "cerveau gauche" ?

 

Tout d'abord, le graphiste sollicite son hémisphère gauche, le siège de la raison. Celui qui analyse une problématique pour bien comprendre le besoin du client. Il est logique et cartésien. Toute démarche créative du graphiste nécessite effectivement une phase d'analyse en amont, de réflexion sur le contexte de la demande, le concept et les messages à mettre en place, le territoire de marque, la concurrence, la pérennité du projet...

Le cerveau gauche étant séquentiel, mono tâche, il permet une grande concentration.

 

Mais pour répondre concrètement au besoin exprimé par son client, le graphiste doit aussi faire appel à son cerveau droit, le siège de l’intuition, de la créativité, de l’imagination, des émotions. Après avoir analysé la situation, il fait entrer l'artiste ! A l'inverse de l'hémisphère gauche, le cerveau droit peut explorer plusieurs pistes à la fois et avoir une vision globale, trouver plusieurs solutions. C'est de lui dont relève la sensibilité et l'empathie, mais aussi un mode de pensée affranchi, indépendant (ce qui peut parfois générer quelques décalages de comportements avec les "cerveaux gauches"!).

 

Le graphiste mobilise donc pleinement ses deux hémisphères cérébraux. Si vous aussi votre métier relève à la fois de la réflexion et de la créativité, bichonnez vos deux hémisphères, faites les communiquer entre eux, pratiquez des jeux de logiques et des activités artistiques...

 

 

#cerveau#intelligence#nature#graphiste

 

 

© 2019 Studio Pessinger | A propos | Plan de site | Mentions légales

Page facebook Galerie photo Flickr Profil LinkedIn Youtube Instagram
analyse d'un cerveau de graphiste
Page facebook Galerie photo Flickr Profil LinkedIn Youtube Instagram
Page facebook Galerie photo Flickr Profil LinkedIn Youtube Instagram
analyse d'un cerveau de graphiste
Page facebook Galerie photo Flickr Profil LinkedIn Youtube Instagram
analyse d'un cerveau de graphiste
Page facebook Galerie photo Flickr Profil LinkedIn Youtube Instagram